Le bureau des prémonitions

Le livre des prémonitions

Le bureau des prémonitions de Sam Knight
Avez-vous déjà eu une prémonition ? Que feriez-vous si votre dernier cauchemar se transformait en réalité ?
On pourrait penser à un épisode des X-files et pourtant le bureau des prémonitions a bel et bien existé. Chargé de recueillir les témoignages de personnes pensant avoir prédit des catastrophes afin d’analyser ce phénomène, ce bureau a eu un destin bien particulier. Il faut dire qu’il était dirigé par deux personnalités hors-normes, elles-mêmes parfois dépassées par leur création.

continuer la lecture

Géricault

Géricault d'après une sculpture du musée de Rouen

Portrait de Géricault au pastel d’après une sculpture du musée de Rouen, 2015, taille : 50×65 cm.

L’appropriation culturelle

L'appropriation culturelle

L’appropriation culturelle de Khémaïs Ben Lakhdar
Khémaïs Ben Lakdar Rezgui tente une définition de l’appropriation culturelle, loin des clichés et des débats stériles qui alimentent les media sur ce sujet.
Spécialiste de l’histoire de la mode, il prend l’exemple de son sujet de prédilection pour retracer les origines de l’appropriation culturelle qu’il qualifie, pour résumer, comme le pillage des cultures orientales par l’Occident à des fins capitalistes.
Si les exemples qu’il donne sont indiscutables, on regrettera cependant qu’il n’ait pas d’avantage approfondi le sujet et que le propos ne dépasse que rarement celui de la mode.

continuer la lecture

La maison Usher

La maison Usher de Jean Dufaux et Jaime Calderon

La maison Usher de Jean Dufaux et Jaime Calderon
Est-on réellement obligé de céder à la mode de l’adaptation de romans (connus évidemment) en BD ? Est-ce qu’on ne commencerait pas à être au bout du filon ?
Ainsi, c’est au tout de la nouvelle d’Edgar Alan Poe, « La chute de la maison Usher » avec un léger changement de titre d’être adaptée.
Certes, le dessin est très beau, la mise en page fluide. Pas sûre en revanche que l’apparition d’Alan Poe dans son propre récit apporte quelque chose.
Mais tout de même, était-ce bien utile ? Certains argumenteront que cela amène un nouveau public vers la littérature, fait (re)découvrir des oeuvres majeurs… Moi je vous dis ; lisez Edgar Alan Poe, vous aimerez autant !